TOUS NOS PRODUITS Vitalité
 

Elle veut faire un régime…comme vous ?

Elle veut faire un régime…comme vous ?

Elle veut faire un régime…comme vous ?

A force de vous entendre parler de poids et de régime, votre ado de fille se trouve trop grosse. Elle passe des heures à s’examiner sous toutes les coutures, connaît par cœur la table des calories et chipote à table. A-t-elle vraiment trop de poids ? Comment faire face à cette situation ? Gerblé répond à vos angoisses.


Démarrer le dossier


C’est grave, Docteur ?
- la courbe de corpulence Les carnets de santé contiennent un outil précieux, la courbe de corpulence. C’est l’examen en parallèle des courbes de poids et de taille qui permettra de juger d’un surpoids.

- La puberté : à surveiller A la puberté, la silhouette change : le corps s’étoffe au niveau des seins, des hanches et des cuisses. La cause de cette métamorphose ? Les oestrogènes, hormones de la féminité, qui ont désormais voix au chapitre.
Les réserves adipeuses vont constituer entre 18% et 25% du poids. Ces modifications entraînent une prise de poids naturelle qui n’a rien à voir avec une obésité !
Bien dans leurs baskets ?
Pas vraiment. Les ados souffrent souvent d’une mauvaise image corporelle. Pourquoi ? Elles veulent ressembler soit aux top models des magazines soit aux autres filles de leur âge pour passer inaperçues car elles sont mal dans leur peau et n’acceptent pas la transformation de leur corps.
Attention aux restrictions alimentaires que votre ado veut et peut s’imposer. Aussi, si son comportement vous inquiète et avant que des troubles importants ne s’installent de façon durable, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin.
Régime ou pas ?
Selon une étude récente, à 11ans, plus d’une fillette sur 3 a déjà fait un régime et à 15 ans, ce chiffre atteint 54,5% ! (La santé des élèves en France de 11 à 15 ans/lINPES 2005)
- N’oubliez pas que la croissance de votre ado est loin d’être terminée, ce qui nécessite des apports énergétiques importants. Et ce n’est pas tout ! Protéines, calcium, fer, vitamines A, D et C jouent un rôle essentiel dans son développement.
- Ne lui laissez pas faire n’importe quoi :
• Pas de régime trop restrictif qui risque d’entraîner à terme des perturbations hormonales avec parfois un arrêt des règles
• Pas question de faire une cuisine différente des autres membres de la famille
• Sans jouer Big Brother, vérifiez qu’elle ne grignote pas sans arrêt : une barre chocolatée à 11 heures sert de coupe-faim pour le déjeuner !
- Objectif : Rééquilibrage des menus et des comportements. Toute la famille en profitera !
• Augmentez la quantité de légumes et de fruits
• Diminuez celle des graisses cachées et du sucre
• Incitez à arrêter le grignotage (si c’est le cas) et à faire 4 véritables repas par jour
• Attention aux petits déjeuners trop vite avalés ou inexistants : c’est parfois le seul facteur de comportement alimentaire que l’on peut mettre en rapport avec les kilos excédentaires à l’adolescence voire plus tard. « Le grignotage est d’autant plus important que le petit déjeuner est insuffisant » (Prof Tounian).
Et le sport ?
Le sport a un effet bénéfique sur le développement général car il aide à un bon équilibre physique et mental. Mais si votre fille estime qu’elle est trop « grosse », elle n’osera pas mettre une tenue de sport. Aussi, l’important est de diminuer la sédentarité en maintenant ou en redonnant une place normale aux activités de la vie quotidienne : aller à pied à l’école, prendre les escaliers et oublier l’ascenseur, sortir le chien, faire des balades en famille le dimanche…
Conclusion
Si votre fille veut maigrir et que vous pensez qu’elle n’a aucun kilo à perdre, décodez ce qu’elle essaye de vous faire comprendre. Profitez-en pour vous interroger sur votre relation avec votre propre poids. Quoi qu’il en soit, pas de régime spécifique mais des règles de bon sens associées à une activité physique régulière. Manger fait partie des plaisirs de la vie et c’est votre rôle de parents de le faire découvrir à vos enfants. C’est quand on oublie ce plaisir et que l’on a des critères de « beauté de société » que des troubles importants, comme l’anorexie, peuvent apparaître à l’adolescence.