TOUS NOS PRODUITS Vitalité
 

Quand je serai grand, je serai…gros ?

Quand je serai grand, je serai…gros ?

Quand je serai grand, je serai…gros ?

En France, 1 enfant sur 10 présente un excès de poids à l’âge de 10 ans (Inserm, 2000). Il est donc important de prendre conscience le plus tôt possible des risques d’obésité car tout se joue pendant la petite enfance. Découvrons ensemble les causes de ce fléau qui nous envahit.


Démarrer le dossier


Le spectre de l’obésité galopante : info ou intox ?
Le phénomène de l’obésité infantile concerne presque 20 % des petits Français. Alors qu’avant 1970, le compteur restait bloqué autour de 2 % !
Une étude menée par des médecins scolaires à Paris montre que plus de la moitié des enfants en surpoids à 6 ans le reste à l’âge adulte. Tout se joue par conséquent très tôt. Ne soyons pas alarmistes mais il est admis qu’un excès de poids durant l’enfance augmente le risque d’obésité à l’âge adulte et ses conséquences : diabète, maladies cardiovasculaires, difficultés respiratoires, difficultés articulaires (genou, cheville).
Des disparités régionales
C’est dans la région Languedoc-Roussillon et en Provence-Alpes-Côte d’Azur que l’on trouve le plus d’enfants en surpoids, avec une prévalence de 3,5 %. A l’inverse, vive la Bretagne et les Pays de Loire avec moins de 1 % d’enfants en surpoids !
Accusé n°1 : la sédentarité
L’absence d’activité physique joue un rôle majeur dans le développement de l’obésité.
Plus votre enfant est sédentaire, plus il risque de devenir obèse.
Vous pouvez inciter votre enfant à choisir un sport qui lui plaît, mais l’important est de redonner une place normale aux activités de la vie quotidienne : aller à pied à l’école, faire du vélo, sortir le chien, faire des balades en famille…
« On est foutus, on mange trop ! »
La raison alimentaire principale d’un surpoids est le « vagabondage alimentaire » en dehors des repas : grignotage, excès de boissons sucrées, confiseries.
Attention, il ne s’agit pas de mettre votre enfant au régime et d’exclure radicalement les produits diabolisés (type chips, glaces, gâteaux) mais il faut éviter les excès alimentaires répétés.
Autre cause d’un surpoids, « l’aliment-récompense ». Rendez à la nourriture sa vraie place et ne compensez pas votre manque de disponibilité par une glace, un soda ou une friandise.
La prédisposition génétique
Votre enfant a des problèmes de poids ? Mais votre mère et votre grand-mère, aussi : c’est donc « génétique » ! Par forcément.
C’est vrai, l’obésité est plus fréquente dans certaines familles mais elle n’est pas réellement ce que l’on appelle une « maladie génétique ». L’enfant né de parents obèses a, en effet, plus de risques de devenir obèse à son tour mais il est le plus souvent victime du mode de vie et du comportement alimentaire familiaux déséquilibrés.
Attention ! La prédisposition génétique, c’est vrai, rend certains enfants plus vulnérables aux effets de la sédentarité et des excès alimentaires.
Conclusion
Si votre enfant a quelques rondeurs, soyez vigilant. Le plus souvent, heureusement, tout rentre dans l’ordre mais devant une morphologie qui ne bouge pas et surtout une silhouette qui s’alourdit, réagissez vite car cela peut traduire des problèmes de poids.